Création de sites web pour pharmacies – MediaPharma

Park Lane culliganlaan 4E 1831 Diegem
Lundi – Vendredi: 9h00 à 17H00

Homéopathie : comment sont fabriqués ces médicaments ?

Homéopathie : comment sont fabriqués ces médicaments ?

Qu’est-ce que l’homéopathie ?

Qualifiée de médecine douce ou alternative, cette méthode consiste à prescrire à une personne une substance, fortement diluée et dynamisée, pouvant produire des troubles semblables à ceux que le patient ressent déjà. Elle a été codifiée par le Docteur Hahnemann, un médecin allemand, à la fin du XVIIIe siècle.
Les grands principes de l’homéopathie

Les 3 principes majeurs sont : la similitude, la dilution et la personnalisation. Concernant la similitude, cela veut dire que la molécule qui est administrée pourrait, si elle était dosée fortement, engendrer les symptômes semblables à ceux d’une pathologie donnée. La dilution infinitésimale de la molécule a pour but de stopper la maladie considérée. Le principe de personnalisation consiste à répondre aux besoins précis de chacun, sachant par exemple que deux personnes ayant les mêmes symptômes ne recevront pas obligatoirement la même dose de médicament.
Que soignent les médicaments homéopathiques ?

Ils sont recommandés pour différentes affections chroniques ou aigües comme : l’eczéma, l’asthme, les allergies, la sinusite, le rhume, les syndromes prémenstruels, les états psychologiques fragiles, etc. Ils peuvent aussi être utilisés à des fins préventives pour notamment renforcer les défenses immunitaires. Parmi les plantes les plus connues utilisées pour la fabrication des médicaments homéopathiques, il y a l’arnica (traumatismes et contusions), la noix vomique (nausées, vomissements), la belladone (fièvre), la cocculine (mal de transport) etc.

Les 5 principales étapes de la fabrication des médicaments homéopathiques

Pour fabriquer des granulés homéopathiques, 5 étapes se succèdent. En premier, il faut choisir les matières premières : végétales (environ 1 200 souches de plantes), animales (environ 60 espèces) et minérales (1 800 substances). Ensuite, la matière première est mise à macérer dans de la solution hydro-alcoolique afin de préparer la teinture mère. La troisième étape est la dilution homéopathique avec déconcentration et agitation standardisée (la dynamisation). Elle est suivie par l’incorporation de la dilution sur un support neutre tel que les granulés, une solution, une crème, etc. Enfin, vient le conditionnement de ces supports notamment dans des tubes.
Que veut dire le CH ?

Le nom d’un médicament homéopathique est suivi d’un chiffre et de CH. Cette information correspond à la dilution effectuée. C signifie « centésimale » et « H » hahnemannienne », du nom du Docteur Hahnemann. Une dilution à 1 CH est une dilution de 100 fois la substance de départ ; une dilution de 2 CH est la dilution au centième de la précédente dilution au 1 CH, etc. Plus le chiffre est petit, plus la dilution est basse et inversement. Les dilutions basses sont conseillées pour des cas aigus et les hautes pour des traitements qui durent dans le temps.

Lire cet article ne remplace pas l’avis d’un professionnel de la santé ou d’une consultation médicale. Prenez toujours contact avec votre médecin ou votre pharmacien.

Homéopathie : comment sont fabriqués ces médicaments ?